Épilepsie : les cas de mort subite seraient sous-estimés

115 décès par an

Les morts subites liées à une crise d’épilepsie restent mal comprises. Depuis 2006, les chercheurs français s’intéressent à ses causes et ciblent les personnes à risque.

Tous les ans, l’épilepsie provoquerait jusqu’à 30 000 morts subites à travers le monde, d’après l’OMS. Ces décès sont encore mal compris, et peu pris en compte par les pouvoirs publics dans leur stratégie sanitaire, alors qu’ils font plus de victimes que les incendies ou que les morts subites du nourrisson, d’après des chercheurs américains.

Ceux-ci ont publié un rapport dans la revue Neurology, pour tenter d’alerter les décideurs politiques sur l’ampleur de ce phénomène. Ils y expliquent notamment que les personnes atteintes d’épilepsie sont 27 fois plus à risque de mort subite que leurs congénères. Aux Etats-Unis, ils comptent 2 750 décès par mort subite suite à une crise d’épilepsie.

Les chercheurs estiment que ces proportions sont d’ailleurs sous-estimées, dans la mesure où de nombreux décès accidentels peuvent intervenir suite à une crise, mais ne sont jamais enregistrés en lien avec l’épilepsie de la personne. De plus, les personnes âgées qui meurent ne subissent pas nécessairement d’autopsies alors que dans certains cas, c’est une crise d’épilepsie qui est en cause.

Réseau Sentinelle

De même, en France, la mort subite reste une grande inconnue. Deuxième trouble neurologique le plus important après la migraine, l’épilepsie touche environ 1 % de la population française, soit environ 600 000 malades. La moitié sont des enfants. Malgré la gravité de cette situation, l’état des connaissances du public sur la maladie est encore faible, surtout lorsqu’on parle de ces décès, après une crise.

Les institutions qui s’intéressent à l’épilepsie, au premier rang desquels la ligue française contre l’épilepsie, se sont penchées sur cette problématique il y a seulement une dizaine d’années, en 2006. Quatre en plus tard naissait le Réseau Sentinelle Mortalité Epilepsie, coordonné par le Dr Marie Christine Picot du CHU de Montpellier.

« L’idée était de rassembler tous les projets de recherches sur la mort subite liée à l’épilepsie, les initiatives pour les familles endeuillées, ou encore toutes les informations dont nous disposons sur ce trouble, au sein d’une même plateforme » souligne cette professionnelle, contactée par PourquoiDocteur.

Le Réseau Sentinelle a également rescencé le nombre de décès par mort subite suite à une crise d’épilepsie : il en dénombre 115 par an dans l’hexagone, depuis 2010.


Source : http://www.pourquoidocteur.fr

Aller à la barre d’outils